Comment choisir une résistance de cigarette électronique ?

 

Les petits picotements dans la gorge qui restituent la vraie saveur d’une cigarette sont les sensations tant recherchées par les fumeurs très actifs. Mais pour pouvoir atteindre le nirvana en fumant, vous avez besoin d’une résistance adaptée à votre cigarette électronique et la sensation que vous désirez ressentir.

Que faut-il savoir sur la résistance ?

Si vous êtes encore un novice, il est fort probable que le fonctionnement des résistances de cigarette électronique vous échappe encore. En principe, la résistance d’une cigarette électronique se compose d’un fil résistif, de verre ou de coton imbibé d’e-liquide sans oublier la mèche et la fibre en silice. Pour ce qui est de sa performance, elle est mesurée en ohms et s’accompagne de quelques picotements appelés “hit” au fond de la gorge. Comme il s’agit d’une résistance électrique, elle est aussi pourvue d’un pôle positif et négatif parcouru par un courant dont l’intensité dépend uniquement de ces bornes. Lorsque la charge de votre cigarette est pleine, la résistance a tendance à émettre une tension maximale qui diminue en fonction de l’usage. Toutefois, le voltage est manipulable à main, vous permettant ainsi de préserver la même intensité durant un temps considérable. L’essentiel, c’est de retenir le fait que plus la résistance est basse, plus votre batterie est puissante et plus vous aurez la chance de ressentir le hit. Pour plus d’informations, visitez www.neovapo.com.

Comment choisir la résistance en fonction de la vape ?

La grande majorité des vapoteurs se tournent vers la vape indirecte ou le MTL. Son mode de fonctionnement est assez simple, car il suffit d’inhaler la vapeur pour ensuite la retenir dans sa bouche avant de l’envoyer vers les poumons. Ainsi, la nicotine est très présente et vous avez besoin d’un e-liquide à un taux supérieur à 6 mg/ml. Dans ce genre cas, il vous faut une résistance électronique dont la valeur se situe entre 1,2 à 2,5 ohms. Pour faire simple, plus la valeur de votre résistance est élevée, plus vite la vapeur va se refroidir. Ainsi, si vous aimez la vape indirecte, mieux vaut miser sur une résistance à faible valeur. En revanche, si vous êtes un vapoteur avancé, vous devriez privilégier la vape directe dite DTL. Ce derrière se rapproche de la chicha, car le but est d’aspirer la vapeur pour la transmettre directement aux poumons. En raison de ce contact direct avec les poumons, les liquides que vous allez vapoter contiennent moins de nicotine. Ainsi, la résistance la mieux adaptée doit être inférieure à 1 ohm. Souvent associé à un matériel puissant, ce type de résistance émet beaucoup de vapeur.

Comment choisir la résistance en fonction du matériel ?

Pour atteindre le “sweet pot” ou une sensation de douceur, il est important de bien accorder la valeur de la résistance à celle de la batterie. Une résistance mal adaptée à la batterie de votre cigarette électronique n’est pas capable de produire un courant intense, résultant d’une saveur fade voire même amer. Dans le cas contraire, si la résistance est beaucoup trop intense, les risques de brûlures peuvent subvenir rendant impossible le vapotage de votre cigarette. Une résistance beaucoup trop forte entraîne la détérioration de l’appareil, le goût de la vapeur devient hideux et la cigarette émet des aldéhydes, des substances nocives que la mèche produit en cas de brûlure. Pour faire simple s’il s’agit d’une batterie classique avec ou sans voltage manipulable, le mieux, serait de privilégier les résistances de 1,5 à 2,5 ohms. Pour ce qui est des vapoteurs indirects, les résistances comprises entre 1 à 1,8 ohms avec une puissance minimale de 15 watts feront amplement l’affaire. Enfin, les fumeurs très actifs se feront une joie d’atteindre le “hit” en vapotant une cigarette électronique subohm avec une résistance de 0,5 à 1 ohms.

Quelle résistance pour quel liquide ?

Pour le bon fonctionnement de la cigarette électronique, il est indispensable de savoir associer sa résistance à un liquide PG/VG adéquat. Un liquide PG comprend souvent des e-liquides fluides à l’inverse des VG qui ont tendance à les rendre plus épais. D’une manière simplifiée, plus l’intensité de la résistance est basse, plus ce liquide va chauffer et plus vite vous allez ressentir le hit. Toutefois, pour éviter les risques de fuite, il est préférable de privilégier les liquides dites VG. Par conséquent, si votre résistance a une forte intensité, vous êtes recommandé de miser sur le PG, car le VG a tendance à écraser le fil de la cigarette entraînant ainsi la détérioration de l’appareil. Autrement dit, une résistance basse se marie à merveille avec un e-liquide PG faible. Un tel composant offre plus de puissance et plus de vapeur à inhaler. En revanche, une résistance à haute intensité doit être associée avec du e-liquide à un taux de PG élevé. À l’instar de son prédécesseur, elle est moins puissante, émet moins de vapeur et de liquide. D’une manière globale, le choix de la résistance doit se faire en fonction de vos goûts, de la fréquence à laquelle vous désirez utiliser la cigarette, mais surtout aux dépens de vos attentes.