Installer un radiateur sèche serviettes dans sa salle de bain

Grâce à l’avancée technologique, les sèches-serviettes classiques ont progressivement laissé place aux radiateurs sèche serviettes. Pratique et révolutionnaire, ce dispositif réchauffe à la fois les serviettes et l’atmosphère dans la salle de bain. Dans une optique ralliant confort, esthétique et efficacité, de multiples critères sont à prendre en compte avant son installation.

Les critères à considérer pour l’installation d’un radiateur sèche serviette

Concernant le raccordement électrique, vous ne pouvez en aucun cas brancher le radiateur sèche serviette à une prise classique. Il convient de le raccorder directement au réseau d’électricité en le connectant à une sortie câble murale. Par ailleurs, vous ne pouvez pas relier cet appareil à la terre à l’aide du fil jaune et vert étant donné qu’il dispose d’une isolation double. Pour parcourir les différents modèles qui existent, vous pouvez visiter le site www.seche-serviette-radiateur.fr.

Du point de vue pratique, l’emplacement de la sèche serviette doit toujours permettre de prendre la serviette sans difficulté après une douche. De ce fait, mieux vaut le placer sur le mur face à la douche ou à la baignoire. Pour garder la salle d’eau à une parfaite température (24 ° généralement), le radiateur sèche-serviette doit être installé en dessous ou à côté d’une fenêtre, d’une porte ou encore sur un mur froid. Puis, veillez à ce que le dispositif ne soit pas caché, car ses performances en seraient lourdement impactées. En effet, plus il sera dissimulé derrière des objets, plus il lui sera difficile de répandre son énergie aux alentours.

Du côté esthétique, la seule condition requise se traduit par les normes de sécurité. Toutefois, en tenant compte de la décoration, cet appareil peut embellir toute la pièce. À titre d’exemple, il peut être installé sur un mur invisible à l’entrée de la salle de bain. Si la sèche-serviette est de classe II ou III, vous pouvez la mettre le long de la paroi vitrée du point d’eau. Pour finir, si vous avez choisi le modèle détourné, n’hésitez pas à le placer devant la baignoire en guise de séparation avec le reste de la pièce.

Les différentes normes à respecter

D’une manière générale, l’installation d’un radiateur sèche serviette doit respecter certaines obligations règlementaires. En premier lieu, il est indispensable de prévoir un disjoncteur différentiel (30 milliampères) afin de protéger l’appareil électrique.

À part cela, si ce dernier est de classe I, vous devez le positionner dans le volume 3 de la salle d’eau c’est-à-dire au moins à 60 cm des points d’eau. S’il est de classe II ou III, ces règles peuvent ne pas s’appliquer. En outre, l’appareil doit se situer au minimum à 25 cm du sol, selon la norme NFC 15 – 100 qui n’est autre que la norme électrique en France. Enfin, pour assurer la régulation de la température, le thermostat ne devrait pas se positionner près d’un courant d’air ou trop près du sol.

Les techniques d’installation d’un radiateur sèche-serviette

Après avoir pris tous les critères en considération, vous pouvez désormais procéder à l’installation de la sèche serviette. En premier lieu, prenez connaissance des dimensions qui délimitent l’emplacement du dispositif électrique. Pour ce faire, vous pouvez profiter du gabarit de perçage qui se trouve sur le carton d’emballage ou les déterminer grâce aux indications inscrites sur le manuel.

Ensuite, à l’aide d’un niveau à bulle et d’un mètre, vous pouvez tracer les divers points de perçage. Par la suite, enchaînez avec la mise en place des trous de fixation du radiateur sèche serviette pour pouvoir insérer les chevilles. Vissez alors les embases du système qui a fixé les chevilles afin de pouvoir supporter les entretoises. Pour finir, il ne vous reste plus qu’à connecter et bloquer ces entretoises après vérification de la planéité.

Une fois ces étapes accomplies, la prochaine tâche consiste à raccorder électriquement. Pour ce faire, n’hésitez pas à couper l’alimentation électrique au sein de votre domicile, car il s’agit de raccorder directement les fils de couleur vert et jaune à une arrivée câble du mur. D’autre part, il est aussi préférable d’opérer dans un environnement complètement sec et sain. Pour éloigner tout risque d’électrocution, il faut impérativement prévoir une protection du matériel de séchage en usant d’un disjoncteur divisionnaire de 10 à 20 ampères et d’un interrupteur différentiel de 30 milliampères.